[Ajouter ce site
dans vos favoris]

- Recherche par substances -

A  B  C  D  E  F  G  H
 I  J  K  L  M  N  O  P  Q
 R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

- Recherche par symptômes -




Partenaires













ACONITUM NAPELLUS
MONKSHOOD
ECHTER STURMHUT
BLAUER EISENHUT
CASQUE DE JUPITER
CAPUCHON DE MOINE
L'ACONIT

Présentation de la substance :

Herbacée vivace à longue tige et à fleurs bleus en capuchon, cet aconit de la famille des renonculacées pousse à l'état sauvage sur les plateaux de moyenne altitude entre 500 et 1500 mètres. Comme toutes les espèces d'aconit, la plante entière contient un alcaloïde appelé aconitine à plus ou moins haut degré de concentration. Il s'agit là du neurotoxique végétal le plus puissant de nos latitudes, absolument mortel pour l'homme à des doses facilement ingérables (dose mortelle de l'ordre de 4 grammes. Au-delà, aucune espérance de survie). Ce qui en fit un des poisons préférés des assassins ou des suicidaires de l'antiquité. Ses racines sont les plus toxiques mais les autres parties de la plante le sont aussi jusqu'aux fleurs violettes et poudreuses dont la jolie couleur peut facilement attirer l'attention d'un enfant.  Pour cette raison, la cueillette de l'aconit napellus est rigoureusement interdite. Il ne faut pas non plus toucher à la plante et en cas de contact accidentel il ne faut surtout pas porter les doigts à la bouche et il convient de se laver soigneusement les mains et sans tarder car le poison est systémique c'est-à-dire qu'il peut franchir la barrière cutanée. C'est dire si une substance aussi redoutablement puissante et toxique a sa place dans l'homéopathie en raison du grand nombre de symptômes violents et d'apparition brutale qu'elle provoque à l'état naturel et donc qu'elle guérit de la même manière aux doses infinitésimales de l'homéopathie.

Symptômes généraux :

Profil type :

La principale indication d'Aconitum est tout état fébrile en l'absence de transpiration. Toute apparition de transpiration fait immédiatement sortir du tableau d'Aconitum. Les angoisses profondes avec agitation. Les attaques de panique. Toute fièvre brutale et envahissante après un coup de froid. Et surtout toute attaque de panique et de fébrilité avec sensation de mort imminente.
D'une façon générale, aconitum nappelus sera la substance de première intention dans toutes les pathologies dont les symptômes sont violents, paroxystiques et apparaissent brutalement après une exposition au grand froid sec. On privilégiera donc aconitum lorsque ces pathologies à installation immédiate et spectaculaire le sont après un choc thermique comme un coup de froid brutal par grand vent après une promenade l'hiver par exemple.
Les pathologies ne sont pas nécessairement graves (ça peut être un simple rhume ou un mal de ventre) mais les symptômes sont toujours à montée très rapide et brutale.
A ce titre tous les symptômes de cette substance particulièrement toxiques sont décrits comme violents et difficilement soutenables. Pour relever de l'usage d'aconitum les symptômes auxquels vous êtes confrontés doivent avant tout être spectaculaires.
De plus aconitum cible remarquablement et préférentiellement les sujets jeunes, robustes et en pleine santé sur lesquels l'apparition et l'accumulation des symptômes violents sont d'autant plus spectaculaires et caractéristiques de la substance. 
Sec. Retenez cet adjectif qui colle très bien à aconitum. Pas ou très peu d'écoulement. Tout est sec, brûlant, spectaculaire et rapide dans le tableau de cette substance. Tout les symptômes doivent s'installer très vite et atteindre très rapidement un point culminant très élevé avec grande angoisse et grande agitation à cause précisément de la violence et de la soudaineté des symptômes qui font craindre le pire « par le sujet » (et non pas forcément « pour le sujet »).
Dans la mesure où le tableau d'aconitum est presque toujours complet ou presque complet, cette substance s'utilise presque toujours à haute dilution en prises rapprochées en  respectant la loi de l'arrêt des prises à l'extinction des symptômes. 
Aconitum est une substance a action très forte et très courte. Aussi forte en fait que les symptômes qu'elle a charge de combattre. A ce titre les symptômes qu'elle traite doivent céder d'autant plus vite qu'ils sont violents. Non pas guérir mais céder c'est-à-dire s'améliorer rapidement, même un peu. Si ce n'est pas le cas, c'est-à-dire s'il n'y a pas une réelle amélioration dans les minutes ou les heures qui suivent la première prise, il faut modifier la dilution ou s'orienter vers une substance plus spécifique. Au-delà de six heures après l'apparition des symptômes il est inutile de donner aconit ou de poursuivre les prises.

Important : les symptômes traitables par l'homéopathie et en particulier par aconitum peuvent être spectaculaires par leur rapidité d'installation et leur intensité mais pour autant ils doivent rester raisonnables. Ce qui signifie que si les symptômes brutaux et violents auxquels vous êtes confrontés n'entrent pas dans la liste qui suit comme par exemple des symptômes cardiaques importants de type infarctus (crampe maxillaire, douleur brachiale, coup de poignard thoracique et/ou abdominal…) ou des symptômes de syncope type syndrome du choc toxique ou des symptômes abdominaux type péritonite, évidement ne donnez pas aconitum mais appelez les urgences médicales (composer le 15 ou 115 en France).