[Ajouter ce site
dans vos favoris]

- Recherche par substances -

A  B  C  D  E  F  G  H
 I  J  K  L  M  N  O  P  Q
 R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

- Recherche par symptômes -




Partenaires













ABRUS PRECATORIUS
JEQUIRITY BEAN
« HARICOTS PATERNOSTER »
« SUSAN NOIR-OBSERVE »
YEUX DE CRABE
ARBRE A CHAPELETS
GRAINE DIABLE
POIS DE ROSARY
LA REGLISSE INDIENNE
(FAUSSE REGLISSE)

Présentation de la substance homéopathique :

Originaire du continent sud-américain et présent dans tous les secteurs tropicaux de la planète, abrus precatorius ou fausse réglisse sauvage est une liane grimpante de la famille des papilionacées aux gousses contenant des graines dont la belle couleur rouge-orange ou rouge coccinelle à capsule noire a pour fonction d'attirer les oiseaux afin d'être mangées puis disséminées dans la nature pour donner naissance à d'autres lianes. L'enveloppe de ces graines, très dure et presque impossible à croquer, contient une des substances les plus toxiques du règne végétal, l'abrine, toxalbumine protéique qui agglutine entre eux les globules rouges et provoque la mort par paralysie et asphyxie.
Ces graines en forme de haricots ont très longtemps servi en raison de leur dureté à la confection des grains de chapelets de prière (on les utilisait aussi en Afrique pour peser l'or). D'où leur sobriquet d'haricots paternoster. Ces graines reviennent semble-t-il en « odeur de sainteté » sous la forme de bracelets de pacotilles vendues sur les marchés. A tel point que la confédération helvétique a récemment alerté sa population du danger que représente ces bijoux s'ils sont mis dans la bouche (encore faut-il rompre l'enveloppe des graines pour que le poison se répande). Donc si vous possédez un vieux chapelet de grand-mère ou si vous avez acheté récemment un bracelet ou un collier aux grains oranges et très durs, ne les portez pas à votre bouche, ne la croquez surtout pas et, dans le meilleur des mondes, jetez-les à la poubelle car la dose d'abrine même desséchée qu'un seul de ces grains contient pourrait facilement vous envoyer ad patres. D'autant que la substance est hautement soluble dans l'eau et qu'il semble que soit rapporté un cas d'intoxication grave après ingestion d'une tisane dans laquelle avait trempé un chapelet composé de ces grains. C'est d'autant plus préoccupant qu'abrus precatorius qui est aussi un fort joli petit arbuste commence à envahir les pépinières et les maisons.
Comme tout produit hautement toxique, son utilisation en homéopathie sert à guérir les affections que la substance administrée à haute dose provoque sur l'organisme. Ici les résultats visés ciblent principalement les propriétés analgésiques, sédatives et anti-inflammatoires de la substance, notamment au niveau de l'oeil. Une autre propriété étonnante d'abrus sera donné dans la section « profil type » à titre exclusivement indicatif car il semble d'après les études les plus récentes qu'abrus soit pressentie comme la première pilule contraceptive homéopathique.

Symptômes généraux :

Profil type :

Hormis le profil symptomatique souvent partiel et incomplet ou en tout cas souvent trop large pour être facilement identifié en première intention, un des principaux intérêts d'abrus precatorius réside dans le fait que les dernières expérimentations font apparaître que cette substance pourrait apparaître à terme comme la première pilule contraceptive homéopathique. En effet certains produits homéopathiques comme pulsatilla, kalium carbonicum ou natrum muriaticum ont déjà montré une action contraceptive (et non abortive) par leurs effets de renforcement de la paroi utérine et leur action ciblée sur la fécondation. Mais ces effets étaient souvent secondaires et induits ainsi que de courtes durées. Ce qui ne semble pas être le cas d'abrus precatorius.

Attention ! Ce profil et ces précisions ne sont donnés ici qu'à titre d'exemple et de curiosité sur des expérimentations encore en cours. A ce titre il n'est nullement question ici de laisser croire que la prise d'abrus pourrait dispenser les femmes qui ne désirent pas être enceintes de poursuivre le traitement gynécologique ainsi que les pilules prescrites. Seul un gynécologue est habilité à administrer un traitement visant à éviter les grossesses. De même, si votre homéopathe choisit de prescrire abrus ou si vous choisissez de prendre abrus sur la base de vos symptômes clinique, cela ne doit en aucun cas vous dispenser de poursuivre ou d'entreprendre un traitement contraceptif si vous ne souhaitez pas être enceinte. Enfin et pour dissiper des confusions courantes et dangereuses, ne confondez jamais contraception et protection. Un produit contraceptif quelque qu'il soit (spermicide, pilules…) ne protège pas des maladies sexuellement transmissibles type SIDA. Donc suivre un traitement contraceptif ne vous dispense en aucun cas de la protection du préservatif.