[Ajouter ce site
dans vos favoris]

- Recherche par substances -

A  B  C  D  E  F  G  H
 I  J  K  L  M  N  O  P  Q
 R  S  T  U  V  W  X  Y  Z

- Recherche par symptômes -




Partenaires













ABROMA AUGUSTA
THEOBROMA AUGUSTA
ULAT KAMBAL (INDE)
LE « COTON DU DIABLE »

Présentation de la substance homéopathique :

Souvent appelé lin indien ou « coton du diable », abroma augusta est un arbre à feuilles persistantes de la famille des sterculiacées. Il est très probablement originaire de l'Inde où il pousse à l'état sauvage dans les régions les plus chaudes mais il s'étend aussi à toute l'Asie tropicale et à Australie. Les feuilles dont on tire la substance homéopathique sont très vertes et veineuses. Les fleurs sont rouge grenat. Les tiges et les feuilles sont armées d'épines et de sortes de poils cotonneux très irritants pour la peau. Son écorce est très semblable au toucher à de la fibre de jute. Très utilisée en médecine ayurvédique depuis la nuit des temps, on retrouve son emploi dans les périodes les plus reculées de l'histoire pour son action facilitatrice et déclencheuse des saignements menstruels (action emménagogue). De sa racine on extrait une drogue puissante qui déclenche les règles et fortifie l'utérus. Sous cette forme, son action est abortive en cas de grossesse. L'arbre abroma aime les régions chaudes, humides, sombres.

Symptômes généraux :

Profil type :

Abroma augusta est une des nombreuses substances dont les symptômes sont directement liés à l'écoulement avec amélioration et/ou aggravation en fonction de l'amélioration ou de l'aggravation de cet écoulement.
Si abroma augusta s'adresse en première intention par la nature même de ses grandes propriétés emménagogues aux jeunes femmes ayant leurs premières règles douloureuses avec flux très peu abondant (dysménorrhées primaires) et aux femmes déclenchant soudainement des règles douloureuses avec perte de flux alors que leurs autres cycles étaient normaux (dysménorrhées secondaires), cette substance s'adresse aussi aux hommes dont les symptômes se rapprochent de celles des femmes qui souffrent de ces dysménorrhées.
Concernant les femmes, le premier symptôme abroma est le déclenchement des douleurs et des symptômes nerveux associés avant et pendant les règles avec apparition d'un flux très faible dont l'augmentation apaise proportionnellement la douleur. Ainsi le premier et plus grand signe d'abroma et le rapport entretenu entre la modification du flux et celle de la douleur pelvienne.
De même et toujours en raison de ses propriétés emménagogues, abroma s'adresse aussi aux femmes souffrant d'aménorrhées dont les douleurs pelviennes et les troubles de l'humeur associées s'apaisent cette fois-ci à mesure que le flux trop abondant revient à la normal.
Ce qui différencie abroma de certaines autres substances prescrites dans les troubles menstruels est que le sujet abroma est nerveux, agressif, irritable pendant ses règles alors que le sujet des autres substances va par exemple être très émotif, renfermé, passant du rire au larme et/ou pleurant souvent et pour rien.

IMPORTANT : à la différence des dysménorrhées essentielles, les dysménorrhées primaires et secondaires (c'est-à-dire encore une fois tous les rétrécissements pathologiques du flux menstruel avec douleurs associées dans la région pelvienne et utérine à intensité inversement proportionnelle au flux) ont des raisons organiques, des obstacles (constrictions, oppressions, compressions) qui barrent le passage du flux. Si vous souffrez de ce genre de dysménorrhées, vous devez en priorité consulter votre gynécologue afin qu'il repère la cause organique du problème et vous propose un traitement ciblé. Cette cause résolue ou en tout cas identifiée, l'homéopathie en général et abroma augusta en particulier (mais ce n'est pas la seule substance prescriptible dans ce cas précis) pourra vous apporter un soulagement rapide en accompagnement de ce traitement de première intention et en  accompagnement seulement. En effet l'homéopathie ne saurait se substituer à un traitement conventionnel et toute automédication qui ne voit pas d'amélioration rapide des symptômes doit impérativement faire l'objet d'un suivi médical.
D'une façon plus générale incluant aussi les hommes, abroma augusta s'adresse à tout ceux dont l'irritabilité périodique et les fréquents changements d'humeur affectent l'entourage. Ils souffrent de constipations et de fréquentes envies d'uriner qui les réveillent et les forcent à se lever. L'émission d'urine ou les efforts improductifs de la selle les épuisent et leur donnent des vertiges et des maux de tête. Ils sont aussi réveillés par des grandes soifs d'eau claire et fraîche qui ne parvient pas à hydrater leur gorge et leurs lèvres desséchées. Cette sécheresse les fait tousser le soir et la nuit avec des quintes si douloureuses qu'ils sont obligés de se tenir la gorge et le thorax. D'où des insomnies dont les rares épisodes de sommeil sont agités de cauchemars mettant en scène des accidents et des catastrophes. Tout ces symptômes s'aggravant dans la chaleur de la chambre et s'améliorant nettement bien que transitoirement lors de la marche au grand air.